ITALIA NYON - Genolier-Begnins II 3-0

Respect pour tous peur de personne

Ce n'est pas évident de repartir après une défaite cuisante 5-2 devant son public en championnat. Le calendrier nous a donné la chance de pouvoir nous ¨racheter" à la maison dès le week-end suivant. La première équipe n'a pas menti aux journalistes, elle a directement affiché ses ambitions et clamé haut et fort qu'elle voulait, au moins, jouer les finales... en sachant que les finales ne se jouent pas mais se gagnent... Nous sommes désormais attendus à chaque match, il faudra les jouer à 200% si l'on souhaite être à la hauteur de nos ambitions.

Une première mi-temps superlative

La tension était palpable, en effet, les premiers replacements tactiques ont retentis dans le stade et les joueurs ont répondu de la plus belle des manières. Gli azzurri étaient compacts, soudés et solides défensivement. L'arrière garde était dirigée par un Diego Pugnale digne du grand Zapata de l'Udinese, solide, serein et intelligent tactiquement, il n'a rien concédé aux ¨cobras" de Genolier qui ont eu de la peine à se créer la moindre occasion en première période. De quoi donner quelques regrets à son ami Sébastien Martin (à deux doigts de vêtir le maillot azzurro cet été) venu en special Guest admirer les prouesses de notre Diego nationale. La possession était clairement en faveur des azzurri, qui se montraient très dangereux par son trio offensif sans pour autant trouver le chemin des filets du très bon portier Elmer. Cela étant dit, à la quinzième minute, selon la logique, le but est tombé. L'inévitable ¨Bomber" Festim Rrahmani a trouvé la lucarne opposée d'une frappe enroulée suite à une série d'une-deux à consonance balkanique avec Valmir Ameti, tout simplement imparable pour le dernier rempart jaune et vert. Les azzurri étaient bien dans le match et avaient réussi à se libérer, le jeu devenait plus fluide et la tension du coach Caballero redescendait gentiment. Les occasions se succédaient mais les azzurri n'arrivaient pas à inquiéter sérieusement Elmer qui prenait l'ascendant sur toutes les balles aériennes. Le ¨Mignolet"de Genolier a aussi réussi à détourner un pénalty au grand dame du Bomber Rrahmanni. Cependant, il a dû à nouveau s'incliner à la 44ème où la "scala" de marens a pu vibrer suite à une triangulation rudement menée sur le côté gauche, conclue par une passe laser de "Mare Chiaro" Andrea Ucci dirigée vers la nouvelle recrue Valmir Ameti qui a su, par son sang-froid, capitaliser cette véritable offrande d'un plat du pied imparable. Les supporters d'Italia Nyon au palais fin comme celui du Santiago Bernabeu, ont pu savourer cette action qui est à montrer dans les écoles de football. 2-0 c'est la mi-temps.

Deuxième mi-temps au départ laborieux

Le début de la deuxième mi-temps a été plus laborieux pour Italia, les joueurs semblaient en dedans suite à une préparation chaotique. Les "cobras" se créaient quelques occasions et prenaient de l'assurance dans le jeu, nous avons pu admirer les longues ouvertures de jeu de l'extérieur du pied du Quaresma Suisse et canadien Joé Gervaix. L'entrée de l’international du Liechtenstein Basile Viret a créé passablement de difficulté à l'arrière-garde des azzurri. D'ailleurs à la 62ème minute, le FC Genolier-Begnins bénéficiait d'un penalty, le numéro 9 Basile Viret s'en charge mais trouve sur son chemin D'Antuono Christian, le "portierone" d'Italia Nyon devine le bon angle et sort le penalty pour la plus grande joie du public. C'est à ce moment que les supporters se regardent avec un sourire sincère dans les yeux et comprennent que ce match ne peut nous échapper. Le coach effectue des changements et son coaching est gagnant, Elio Mangone se retrouve ailier droit et inspirera les chefs KNOR pour leur nouveau bouillon... suite à celui qu'il a mis sur son côté. Le joker de luxe se retrouve récompensé à la 80ème, il entre dans les 16ème mètres élimine deux joueurs de Genolier et adresse un pointu à la Romario dans le petit filet . 3-0 le match est plié, les azzurri se créeront d'autres occasions par Rrahmanni qui suite à un passement de jambe à la Cheik Diabaté adresse une frappe qui effleure le montant gauche. "Le principino"  de Marens Elio Mangone se crée lui aussi deux autres immenses occasions qu'il ne capitalise pas par manque de concentration et fougue de trop bien faire. Le coach, le staff et l'environnement Italia Nyon sont heureux, nous avons retrouvé notre première équipe, le plus dur reste à venir, 20 matches ce sont 60 points en jeu. C'est encore long, mais les signaux sont encourageants.

Nous souhaitons remercier le FC Genolier-Begnins qui est peut-être passé à côté de son match mais sait toujours rester Fair Play, ils ont une équipe jeune qui a une marge de progression importante. Nous souhaitons bonne chance aux deux magiciens Joly et nous nous réjouissons de nous retrouver au match retour... même si nous sommes un peu déçu de ne pas avoir vu grand monde du club de Genolier au stade d'Italia, il y avait des pizzas pourtant...

Le comité


Commentaires

  1. Jeu merveilleux semble être hier,
    J'aimerais pouvoir porter une maillot de foot pour vous remonter le moral.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SoItaliaNyon

Hé, Réveille-toi c'est la Prépa' !